vide fam
 
 
Attente : 0

Kil'dara, l'outre-science...


Origine : l'oublié doux dingue...

Les origines du Kil'dara sont sombres et pour le moins... surprenantes.
Au tout début, environ 300 ans après la fondation de Kil'dé, il y eut une idée.
Provenant d'un seul Krolanne.
Celui-ci, sans nul doute un peu dingue, se faisait nommer "Savant de l'Ancien Temps", et il établit son "laboratoire" sur les bords de la falaise qui surplombait l'océan de matière noire.



Les Archives prétendent que durant plusieurs années il y resta enfermé, sa folie étant au moins égale à la légende qui se construisait au fil des mois.
Des voyageurs passaient parfois non loin de là, mais tous fuyaient ce lieu et l'oppressante vision de cette masure postée au bord du précipice, d'où s'échappaient régulièrement des bruits impressionnants.

Des années s'écoulèrent.
Les Sharss se développaient, vers l'intérieur du plateau.
Nul n'imaginait s'installer si près de la falaise.

Le Krolanne, pourtant, commença à intriguer certains autres "savants".
Son laboratoire grandissait. Il repoussait toute demande de visite, vivait en totale autarcie, hurlait depuis ses terrasses des imprécations sur la science et son ultime vérité !

Et si ? Et s'il découvrait quelque chose d'important ?
Et si étudier sans relâche était la seule véritable existence digne de ce nom ?

Des caravanes commencèrent à affluer.
Un Aqueduc se mit en construction, le mystère demeurant sur comment une telle décision a pu être prise.
Un Quartier commença de naitre.
Le Krolanne en question - dont bizarrement les Archives ne conservent pas le nom - subit avec difficulté cette soudaine effervescence.
Un matin, peu différent des autres, sa masure bascula dans le précipice !
La roche était - dit-on - devenue friable.

Pour autant, le doute demeurait sur ce soit-disant doux dingue, ses recherches et sa mort, ce qui accentua d'autant sa légende.
Il devint une référence, une sorte de martyre de la science.
Les dirigeants de ce quartier naissant érigèrent son abnégation en statut fondateur et rédigèrent un code de lois entièrement tourné vers la recherche, nommé... "L'outre-science".

Ce quartier, ô combien vivant et en plein essor, attira toutes sortes de savants.
Ce quartier n'était pas encore le Kil'dara.
Il s'agissait du Kildarogan...

Kil'dara naquit sur ses cendres.
Et Kil'dara reprit le flambeau de l'Outre-science, en canalisant ses excès par une structure parfaitement démocratique.
Le peuple avait le pouvoir total.
Le peuple pourrait empêcher une nouvelle grande catastrophe.

Du moins, c'est ainsi que fut imaginé Kil'dara, et c'est ainsi qu'il perdure aujourd'hui...

L'outre-science

L'Outre-science est un principe autant qu'une philosophie.
Tout, tout le temps et en tout lieu, doit être tourné vers les avancées scientifiques.

Le Kil'dara peut être perçu in fine comme une expression - une résurgence - d'une soif atavique pour la science.
Mais une résurgence confrontée à des obstacles de taille : un monde fermé et sans issue, des phénomènes paranormaux, des ressources limitées, et très peu de perspectives de développement.

C'est toute la particularité d'une société tournée vers le progrès technique dans un milieu clos.
Les Krolannes sont confrontés à un paradoxe, à un vide de piste de recherche.
Pas de possibilité d'exploration, d'expansion, de développement économique, d'ouverture d'esprit par des échanges avec d'autres cultures.
Le Kil'dara souffre de son enfermement...
Il creuse dans son bocal et partout où il cherche il trouve un mur ou du vide.
Cela créé un appel d'air pour une approche mystique, voir occulte de la Science.

Ainsi, on s'accroche à la vapeur, car dans ce monde là, c'est la seule valeur sûre.
Ce qui n'empêche pas de chercher partout ailleurs aussi...mais quand on cherche un résultat, on revient très vite à la vapeur.

Voilà pourquoi l'Outre-Science est une Science de l'Outre-Réel.
Et non plus simplement du Réel.
C'est une science qui admet les limites de son Réel, mais qui constate les failles dans le Réel, la part de magie, la part de paranormal, de mystique, peut être une autre dimension, bref, elle utilise la méthode scientifique, l'approche rigoureuse pour "tout aborder sans limite".
Y compris l'Irréel, l'Outre-Réel...

Les sciences en général

L'élément fondamental des sciences en Syfaria est le gigantisme.
La technologie, bloquée au stade de la machine à vapeur, produit des constructions extravagantes, complexes de tuyauteries actionnées par des leviers et des claviers aussi nombreux que compliqués.
Les véhicules à vapeur sont lourds et difficilement maniables, nécessitant une très forte dépense d'énergie pour un rendement mécanique faible.

Il ne faut pas voir la vapeur comme une technologie grotesque, mais comme une lutte acharnée menée avec les moyens du bord.
Sans oublier qu'il y eût un âge d'or de la technologie, l'outre-science est ainsi comme une lutte quasi-mystique pour la recherche scientifique, dans un environnement hostile et parfois incompréhensible...

L'électricité existe, mais comme la miniaturisation fait défaut par nature, les inventions qui l'utilisent sont elles aussi lourdes et alambiquées.
Plus que cette électricité qui est surtout utilitaire - l'éclairage des quartiers par exemple - la mécanique en son ensemble est utilisée sans vergogne.

Les sciences de la Vie sont importantes, mais elles restent confinées à des essais scabreux, la médecine étant par exemple bloquée au niveau d'une chirurgie sans anesthésique, et il n'est pas rare de voir de nouvelles inventions de médecine générale ressembler à de véritables instruments de torture...

En somme, tout dans la science de Syfaria peut sembler de prime abord comme souvent dénué de didactique.
Pour autant, les avancées sont réelles et constantes - même si parfois totalement inutilisables -, l'effervescence des esprits compensant largement ce manque de pragmatisme.




Organisation et mode de vie

Le code de Lois prévoit entre autre que l'attribution des ressources - décidée par le Conseil d'Attribution des Ressources (ancien Conseil d'Attribution des Fonctionnements Autonomes et des Ressources, mais l'acronyme déplaisait à la plupart de ses membres) - sera certes dictée en fonction des potentialités des recherches, mais que toutes auront des ressources, sans exception.
D'autres lois régissent la façon dont sont organisés tous les Conseils Kil'dariens.

Les membres de ceux-ci, élus par le peuple, n'ont pas de durée de mandat fixe.
Tout un chacun peut en effet demander, à n'importe quel moment, qu'un nouveau scrutin soit organisé.
Ainsi, certains Conseils sont constitués des mêmes membres depuis des décennies, leur quorum diminuant au fur et à mesure des décès de leurs membres.
Et parfois, plusieurs scrutins sont organisés de suite dans la même semaine lorsqu'une élection ne satisfait pas ne serait-ce qu'une personne.
Par ailleurs, tout élu - comme dans tous les votes en Kil'dara - a du rassembler un minimum de votes positifs, les noms sur les listes de candidats pouvant être rayés individuellement.

La structure est donc en ordre inversé : une seule personne a pouvoir sur toute la société.
Certains Conseils, dans le passé, se sont retrouvés bloqués dans leur fonctionnement plusieurs mois de suite à cause d'un énergumène énervé qui ne se satisfaisait jamais du résultat de l'élection.
Cela pourrait encore se produire, mais les Kil'dariens mesurant l'étendue de leur pouvoir individuel, l'immense majorité ne pensera jamais à agir de cette façon contre-productive.

Les Conseils régissent chacun leur domaine d'activité, sans qu'il y ait empiètement sur leurs prérogatives.
Aucun n'a véritablement plus de "pouvoir" que les autres.
Il n'y a pas une multitude de Conseils, contrairement aux Comités de Kil'sin.
Juste ceux prévus par le code des Lois.

Les décisions concernant tout le Kil sont prises par un vote global, et le résultat doit là aussi atteindre un minimum d'approbation pour être validé.
Ce sont les seuls scrutins qui ne peuvent être renouvelés sur demande d'un habitant.
Ils n'ont donc lieu qu'une unique fois dans la forme où ils sont présentés.
Par contre, tout habitant peut demander à ce que soit organisé un scrutin global sur une question particulièrement prégnante.
La décision d'organiser ou non ce type de scrutin est prise et expliquée par le Conseil de la Vie Démocratique.

L'organisation au sein des Conseils suit les mêmes principes de démocratie "ultime".
Il existe des grades hiérarchiques, mais chaque attribution de poste est soumis à un scrutin.
La plupart du temps le résultat est unanime, le mérite de chacun étant - en général - reconnu à sa juste valeur.

Conseil d'Attribution des Ressources, Conseil de l'Orientation Normative (chargé de l'éducation des plus jeunes), Conseil d'Inhibition des Esprits Nocifs (chargé de la sécurité intérieure), Conseil des Production Énergétiques, Conseil des Habitudes de Transports Intérieur et Extérieur, Conseil de Rétribution et d'Archivage des Informations Éphémères, Conseil des Nourriciers, Conseil de la Gestion Mortuaire, etc...
Il existe en tout 21 conseils, tous en interconnexions constantes.

Enfin il existe, au sein du Kil'dara, des personnes ne faisant partie d'aucun Conseil.
Soit parce qu'ils ont été éjecté du leur et non réélu ailleurs, soit parce qu'ils ont décidé d'en partir ou de ne pas y entrer, ou encore parce qu'ils représentent un nouveau corps de métier dont ils sont les uniques représentants, fait rare s'il en est...
Si les lois s'appliquent bel et bien à eux, ils ne bénéficient par contre de l'aide d'aucune structure du Kil pour leur approvisionnement.

D'un autre côté, ils ne sont non plus contrôlés par aucune structure, et si on trouve parmi eux des asociaux de toutes sortes, on y rencontre aussi d'authentiques génies épris de liberté, ou des personnes désirant casser les prix pour faire bénéficier un maximum de Krolannes de leurs largesses.
L'attitude vis à vis de ces personnes, qu'on nomme les Affranchis, varie énormément selon l'activité de la personne jugée et celle de la personne qui le juge : certains mépriseront tout Affranchi, tandis que d'autres se rappellent que certaines des plus belles inventions du Kil'dara ont été le fait de libres penseurs...


Point de vue extérieur...

De l'extérieur, Kil'dara est souvent perçu comme un panier de crabes qui s'agitent en tous sens pour sortir de leur nasse.
La structure de leur société fait au mieux doucement sourire, car peu de gens croient au principe de "démocratie ultime", les rumeurs allant bon train sur les intrigues possibles et les disparitions bienvenues de certains gêneurs...

C'est une société où - superficiellement - il fait néanmoins bon vivre, car toute idée est généralement acceptée avec bonhommie.
Mais c'est là que le bât blesse : toute idée est aussi potentiellement bonne à... voler.
Les ascensions sociales ne pouvant se faire que sur la renommée, la paranoïa guette tout Kil'darien ambitieux, et cela se ressent dans leurs relations avec les personnes extérieures au Kil.
Car qui sait quel secret pourrait être acheté - et donc vendu - au nom de l'outre science ?

Les Lanyshstas au sein du Kil'dara
(élaboré à partir d'un texte proposé par Jade Srhaggelle)

Au sein du Kil'dara, les Lanyshstas sont, à tort ou à raison, craints !
On doute de leurs origines et par conséquent de leurs motivations.
Et dans un système où le moindre citoyen dispose d'un pouvoir sur toute la société, la présence d'ennemis potentiels est une menace que nul ne saurait tolérer.

Les Lanyshstas sont donc traqués.
Impitoyablement !
Ils sont considérés comme des monstres, et le père n'hésitera pas à tuer le fils si celui-ci devient un Lanyshsta.
Lorsque la chose est réalisable, néanmoins, les Lanyshstas ne sont pas exécutés, mais plutôt capturés.
Ce n'est pas une bonne nouvelle pour eux...

Car l'Outre-science est tournée vers le progrès, pas vers la morale, et un Lanyshsta n'est pas plus considéré qu'un morceau de minerai rare où une bête inconnue.
Il sera étudié, trituré, sans égard pour sa personne, jusqu'à ce que mort s'ensuive.
Et après cela, il sera disséqué avec le plus grand soin, afin de chercher d'éventuels indices permettant une détection et une élimination facilitées des nouveaux Lanyshstas.

Nombre d'Affranchis se réclament chaque jour d'une nouvelle profession, des "Chasseurs de Lanyshsta", au point que l'organisation de ceux-ci sous l'égide d'un des Conseils ne semble être qu'une question de temps...

Nombre de joueurs actifs :0(Inscrits : 191)
Infos légales Mot de passe perdu ?